Géographie

Géographie de l'Inde

  • La géographie de l'Inde est très variée, avec de très hautes montagnes enneigées, des déserts, des collines, des plaines et des plateaux. Les différentes régions de l'Inde possèdent chacune leur climat : équatorial à la pointe sud, rigoureux près de l'Himalaya. L'Inde occupant la majeure partie du sous-continent indien, ses côtes mesurent plus de 7 000 kilomètres. L'Inde est bordée à l'ouest par la mer d'Arabie (ou mer d'Oman) et à l'est par le golfe du Bengale, parties de l'océan Indien.

Les plaines fertiles traversées par le Gange et l'Indus occupent les territoires au nord, au centre et à l'est de l'Inde, tandis que le plateau du Dekkan s'étend au sud. À l'ouest de l'Inde se trouve un désert de roche et de sable, le désert du Thar. La frontière à l'est et au nord-est suit l'Himalaya. Le point culminant de l'Inde est controversé à la suite des conflits avec le Pakistan. D'après les autorités indiennes, il s'agit du K2 dans le Jammu-et-Cachemire (8 611 mètres). En dehors de ce territoire, le Kangchenjunga qui culmine à 8 598 mètres est le sommet le plus élevé.

L'Inde a des frontières communes avec le Pakistan, la Chine, le Bangladesh, la Birmanie (Myanmar), le Népal, le Bhoutan et l'Afghanistan1. Le Sri Lanka et les Maldives sont des états insulaires situés au sud de la péninsule indienne. Politiquement, l'Inde est divisée en 28 états, 6 territoires fédéraux et le territoire de New Delhi. Ces divisions suivent les différences linguistiques et ethniques plutôt que géographiques.

Localisation et étendue

Le cap Comorin est le point le plus austral de la péninsule indienne

L'Inde est située au nord de l'équateur entre 8 degrés 4 minutes et 37 degrés 6 minutes de latitude nord et 68 degrés 7 minutes et 97 degrés 25 minutes de longitude est. Avec un total de 3 287 263 km2, l'Inde se classe au 7e rang des pays selon leur superficie. L'Inde mesure 3 214 km du nord au sud et 2 933 km d'est en ouest. Sa frontière terrestre mesure 15 200 km et ses côtes 7 516,5 km. Les îles Andaman-et-Nicobar dans le golfe du Bengale et les îles Laquedives font partie de l'Union indienne.

L'Inde est bordée au sud-ouest par la mer d'Arabie et au sud-est par le golfe du Bengale. Au nord, aussi bien à l'est qu'à l'ouest, se trouve l'Himalaya. La ville et le cap de Kânyâkumârî sont à l'extrémité sud de la péninsule indienne qui se rétrécit avant de se jeter dans l'océan Indien.

Géographie politique

L'Inde est divisée en 28 États (qui sont eux-mêmes subdivisés en districts), six territoires fédéraux et le territoire national de la capitale Delhi. Les États ont leur propre gouvernement élu tandis que les territoires fédéraux sont gouvernés par un administrateur nommé par le gouvernement fédéral.

États :

  1. Andhra Pradesh
  2. Arunachal Pradesh
  3. Assam
  4. Bihar
  5. Chhattisgarh
  6. Goa
  7. Gujarat
  8. Haryana
  9. Himachal Pradesh
  10. Jammu-et-Cachemire
  11. Jharkhand
  12. Karnataka
  13. Kerala
  14. Madhya Pradesh

 

Territoires fédéraux :

  • À : Îles Andaman-et-Nicobar
  • B : Chandigarh
  • C : Dadra et Nagar Haveli
  • D : Daman et Diu
  • E : Lakshadweep
  • F : Territoire de Pondichéry
    • F1 : Kârikâl (enclavé dans le Tamil Nadu)
    • F2 : Mahé (sur la mer d'Arabie, enclavé dans le Kerala)
    • F3 : Pondichéry (enclavé dans le Tamil Nadu)
    • F4 : Yanaon (enclavé dans l'Andhra Pradesh)
  • G : Territoire national de la capitale Delhi
  1. Maharashtra
  2. Manipur
  3. Meghalaya
  4. Mizoram
  5. Nagaland
  6. Odisha
  7. Penjab
  8. Rajasthan
  9. Sikkim
  10. Tamil Nadu
  11. Tripura
  12. Uttaranchal
  13. Uttar Pradesh
  14. Bengale occidental

L'État du Jammu-et-Cachemire fait l'objet d'une dispute territoriale entre l'Inde, la Chine et le Pakistan (ces deux derniers administrant des régions que l'Inde considère comme faisant partie du Jammu-et-Cachemire). L'État d'Arunachal Pradesh est revendiqué par la Chine mais administré par l'Inde. À l'est, la frontière entre l'Inde et le Bangladesh mesure près de 4 000 km ; elle correspond à la limite entre un pays à majorité musulmane (le Bangladesh) et un État à majorité hindouiste (l'Inde). New Delhi souhaite limiter l'immigration clandestine et l'infiltration de terroristes sur son territoire. L'armée des frontières (Border Security Force) tente de contrôler cette immense frontière2.

Zones géographiques

L'Inde est divisée en sept zones géographiques :

  1. Les montagnes septentrionales parmi lesquelles l'Himalaya et la chaîne de montagne du nord-est du pays.
  2. La plaine indo-gangétique
  3. Le désert du Thar
  4. Les haut plateaux du centre et le plateau du Deccan
  5. La côte orientale
  6. La côte occidentale
  7. Les mers et îles avoisinantes

L'Inde orientale est séparée de l'Inde occidentale par le Corridor de Siliguri.

Relief

Un grand arc montagneux, composé des chaînes de l'Himalaya, l'Hindū-Kūsh et du Patkai délimite le sous-continent indien. Ces montagnes ont été formées par le mouvement tectonique de la plaque indienne qui glisse sous la plaque eurasienne depuis 50 millions d'années.

Ces chaînes montagneuses sont parmi les plus grandes du monde et forment une barrière naturelle contre les vents polaires glaciaux. En outre, elles rendent possible la mousson qui influence profondément le climat indien. Les nombreux cours d’eau qui prennent leur source dans ces montagnes irriguent les plaines indo-gangétiques.

Selon les biogéographes, ces chaînes de montagnes forment une frontière entre deux écozones majeures du globe : la zone paléarctique tempérée qui concerne la majeure partie de l'Eurasie et la zone tropicale et subtropicale indo-himalayenne, qui inclut le sous-continent indien et s’étend dans le sud-est asiatique jusqu'en Indonésie.

Enfin, sur un plan historique, ces montagnes ont joué le rôle de barrières naturelles contre les envahisseurs.

On trouve en Inde sept chaînes de montagnes dépassant les 1 000 m. L’Himalaya est la seule dont les sommets sont couverts par les neiges éternelles. Ces chaînes sont :

  1. Ârâvalli
  2. Ghâts orientaux
  3. Himalaya
  4. Patkai
  5. Vindhya
  6. Sahyadri ou ghâts occidentaux
  7. Satpura

1062px india topogaphy fr
Régions élevées de l'Inde (carte détaillée).
Sources : Image:India_topogaphy_.jpg and Image:India_topo_blank.jpg ;
Author of the English and blank versions : Captain Blood ;
CC BY-SA 3.0


L’Himalaya est la plus haute chaîne montagneuse du monde. Elle forme la bordure nord-est du pays, séparant celui-ci du reste de l’Asie. Cette chaîne montagneuse, qui s’étend sur 2 500 km et couvre une superficie de 500 000 km2 est également l’une des plus jeunes du monde.

L’Himalaya s’étend de l’État de Jammu et Cachemire à l'ouest jusqu’à l’Arunachal Pradesh à l'est. Ces états — de même que l’Himachal Pradesh, l'Uttarakhand, et le Sikkim — appartiennent, pour la plus grande partie de leur surface, à la région himalayenne. Le Bengale-Occidental est aussi un état traversé par l'Himalaya, les régions septentrionales de cet État sont situées dans l'Himalaya, ces régions sont connus pour être les régions où l'on cultive le thé Darjeeling. 73 % de l'Himalaya est indien.

Certains sommets himalayens dépassent les 7 000 m. La limite des neiges éternelles s’établit à 6 000 m dans le Sikkim et descend jusqu’à environ 3 000 m au Cachemire. Le Kanchenjunga, qui appartient à l’État de Sikkim, est le point culminant du territoire indien (la question est toutefois controversée). La plupart des sommets himalayens sont recouverts par les neiges éternelles.

Le Shiwalik, ou Bas-Himalaya, sont des montagnes moins hautes, côté indien. La plupart des formations rocheuses étant jeunes et très instables, les glissements de terrain sont un phénomène récurrent pendant la saison des pluies. Beaucoup de stations indiennes se situent dans ces chaînes de moyenne altitude. Le climat y est variable : subtropical au pied des montagnes et toundra dans les zones d’altitude.

Les montagnes de l’est indien, à la frontière birmane, sont appelées Patkai (ou Purvanchal). Elles résultent du même phénomène tectonique que celui qui a engendré l’Himalaya. La chaîne du Patkai est caractérisée par des sommets coniques, et de profondes vallées très encaissées. Elles ne sont toutefois pas autant hostiles ni hautes que l’Himalaya. Le Patkai comprend notamment trois massifs montagneux : le Patkai-Bum, le Garo-Khasi-Jaintia, et les Monts Lushai. Le Garo-Khasi appartient à l’État indien de Meghalaya. Le climat oscille de tempéré à alpin selon l'altitude. La cité de Cherrapunji, sur la face exposée au vent de ces montagnes, se distingue par son humidité exceptionnelle puisque cette ville reçoit la plus grande quantité de pluie au monde3;.

Le massif du Vindhya s'étend sur une grande partie du centre de l'Inde, sur une distance de 1 050 km. La hauteur moyenne de ces collines est de 300 m; on pense qu’elles se sont formées grâce à l'accumulation des débris engendrés par l'érosion des anciennes montagnes Aravalli. Géographiquement, elles séparent le nord de l’Inde du sud du pays. La limite occidentale de ce massif se trouve dans l'État du Gujarat, près de sa frontière avec le Madhya Pradesh, tandis qu’à l'est et au nord, la chaîne se prolonge jusqu'au Gange à Mirzapur.

Le massif de Satpura est une chaîne de collines au centre du pays. Elle s'étend de l'est du Gujarat (près de la côte de la mer d'Arabie) vers l'est à travers le Maharashtra, le Madhya Pradesh pour finir dans l’État de Chhattisgarh. Elle mesure 900 km au total, avec de nombreux sommets dépassant les 1 000 m. Ce massif a la forme d'un angle dont le sommet serait à Ratnapuri tandis que ses deux côtés sont parallèles aux fleuves Tapti et Narmada. La chaîne s’étend parallèlement au massif du Vindhya, situé plus au nord, et ces deux massifs orientés d'est en ouest séparent la plaine indo-gangétique (nord de l’Inde) du plateau du Deccan situé plus au sud. Le fleuve Narmada parcourt vers l'ouest la dépression creusée entre les deux massifs, depuis les pentes nord du Satpura vers la mer d'Arabie.

Le massif des Ârâvalli est le plus ancien d’Inde. Il s’étend du nord-est vers le sud-ouest sur environ 500 km. L’extrémité nord du massif se poursuit en collines isolées et arêtes rocheuses à l'intérieur de l'Haryana, et aboutit près de Delhi. Le plus haut sommet est le Mont Abu qui culmine à 1 722 m, près de l’extrémité sud-ouest du massif, à côté de la frontière du Gujarat. La ville d'Ajmer et son lac se situent sur la pente sud du massif, dans le Rajasthan. Ce massif résulte de l'érosion d’un ancien plissement montagneux qui fut jadis bien plus haut. Le massif s’est élevé au cours de l’ère précambrienne lors de l'orogenèse Âravalli-Delhi. Il relie deux des anciens segments qui ont formé le craton indien : le Marwar au nord-ouest du massif et le Bundelkhand au sud-est.

Les Ghâts occidentaux ou montagnes Sahyadri s'étendent le long de la bordure ouest du plateau du Deccan, et séparent celui-ci d’une étroite plaine côtière qui longe la mer d’Oman. Le massif naît au sud du fleuve Tapti, près de la frontière entre le Gujarat et l'État de Maharashtra parcourant approximativement 1 600 km à travers les États de Maharashtra, Goa, Karnataka, Kerala, et Tamil Nadu, presque à la pointe sud de la péninsule indienne. La hauteur moyenne est d’environ 1 000 m. On trouve les plus hauts sommets dans la partie nord du Maharashtra. Deux des plus éminents sommets sont le Kalsubai (1 646 m) et le Mahabaleshwar (1 438 m).

Les Ghâts orientaux forment un massif discontinu qui a été érodé et découpé par les quatre grands fleuves du sud de l'Inde, le Godavari, le Mahanadi, la Krishnâ et le Kaveri. Ces montagnes s’étendent du Bengale occidental au nord, jusqu’àu Tamil Nadu au sud, en traversent l'Orissa et l'Andhra Pradesh. Ils s'étendent parallèlement au golfe du Bengale et sont moins grands que les Gâths occidentaux, bien que certains sommets dépassent 1 000 m.

Gâths orientaux et occidentaux se rejoignent dans le Nilgiri, au Tamil Nadu. Le mont Anai Mudi (à 2 695 m) dans les montagnes de Cardamome au Kerala est le plus haut sommet des Gâths occidentaux (auxquels les Nilgiris appartiennent).

Plaine indo-gangétique

La plaine indo-gangétique est une vaste plaine inondable le long de l'Indus et du bassin Gange-Brahmapoutre. Elle est parallèles aux montagnes de l'Himalaya, depuis le Jammu-et-Cachemire à l'ouest jusqu'à l'Assam à l'est, inondant les États du Punjab, Haryana, Rajasthan oriental, Uttar Pradesh, Bihar, Jharkhand et Bengale occidental. Elle couvre une zone de 700 000 km2 et leur largeur varie de plusieurs centaines de kilomètres. Les principales rivières formant cet espace sont le Gange et l'Indus ainsi que leurs affluents : Beas, Yamuna, Gomti, Ravi, Chambal, Sutlej et Chenab.

La ceinture indo-gangétique est la plus grande étendue d'alluvions du monde, formée par le dépôt de limon provenant des nombreuses rivières environnantes. Les plaines sont plates et le plus souvent dénuées d'arbres, favorisant ainsi l'irrigation au moyen de canaux. La zone est également riche en sources d'eau naturelle.

Cette plaine est l'un des plus grands espaces d'agriculture intensive au monde. Les cultures poussant sur la plaine indo-gangétique sont en premier lieu le riz et le blé, via le système de rotation des cultures. Les autres cultures incluent le maïs, la canne à sucre et le coton. Également connues sous le nom les grandes plaines, la plaine indo-gangétique se classe parmi les zones les plus densément peuplées de la planète.

Désert du Thar

 

Le désert du Thar (aussi appelé Grand Désert Indien ou Marusthali) est un désert chaud qui occupe une part importante de l'ouest de l'Inde. Il couvre une surface de 208 110 km2 sur quatre états : le Punjab, l'Haryana, le Rajasthan et le Gujarat. Ce désert s'étend aussi sur le territoire du Pakistan sous le nom de désert du Cholistan. Le désert du Thar se situe en grande partie au Rajasthan, couvrant 61 % de sa surface géographique. Il est en majorité rocheux, avec une partie sableuse à l'extrême ouest.

Coucher de soleil sur les dunes du désert du Thar au Rajasthan

L'origine du désert du Thar est incertaine. Certains géologues considèrent qu'il est âgé de 4 000 à 10 000 ans, alors que d'autres soutiennent que l'aridité dans cette région est bien antérieure. La zone est caractérisée par des températures extrêmes de plus de 45 °C en été à des températures négatives en hiver. Les précipitations sont rares et peu abondantes : de moins de 120 mm à l'extrême ouest à 375 mm à l'est. Le manque de précipitations est principalement dû à la position du désert par rapport à la chaîne des Aravalli. Le désert se situe dans une zone à l'abri de la pluie provoquée par la mousson du sud-ouest du golfe du Bengale. La chaîne des Aravalli située parallèlement à la mer d'Arabie forme une barrière naturelle aux précipitations se dirigeant vers le désert du Thar.

Le désert peut être divisé en 2 régions, le grand désert et le petit désert. Le grand désert s'étend au nord depuis la pointe de la région du Rann de Kutch dans le Gujarat. Le petit désert s'étend de la rivière Luni entre les villes de Jodhpur et Jaisalmer jusqu'au nord. Les sols de cette région aride sont généralement sablonneux ou formés de marne sableuse. Leur consistance et profondeur varient en fonction des caractéristiques topographiques. Les terreaux des basses terres sont plus lourds et deviennent du limon argileux, du carbonate de calcium ou de la gypse. En raison de la faible densité de population, l'impact humain y est très faible sur l'environnement par rapport aux autres régions de l'Inde.

 

Plateaux

La région centrale est composée de trois plateaux principaux - le plateau du Malwa à l'Ouest, le plateau du Deccan au sud (qui recouvre la plus grande partie de la péninsule indienne) et le plateau Chota Nâgpur dans le Jharkhand vers l'est.

Le plateau du Deccan (ou Dekkan) est un large plateau triangulaire, entouré par le massif du Vindhya au nord et par les Ghâts orientaux et occidentaux. Le Deccan couvre une superficie totale de 1,9 million de kilomètres carrés (735 000 mille2). Il est principalement plat, avec une altitude variant entre 300 et 600 m4.

Le nom de Deccan vient du mot sanskrit dakshina qui signifie le Sud. Le plateau est faiblement incliné de l'ouest vers l'est et donne naissance à de nombreuses rivières péninsulaires telles que le Godavari, la Krishnâ, le Kaveri et le Narmada. Cette région est principalement semi-aride puisqu'elle est située entre les parties venteuses des deux Ghâts. Une grande partie du Deccan est couverte de forêts d'épineux parsemées de petites régions de forêt d'arbres à feuilles caduques. Le climat est très chaud en été et doux l'hiver.

Le plateau de Chota Nagpur est un plateau de l'est de l'Inde, qui recouvre une grande partie du Jharkhand ainsi que les parties adjacentes de l'Orissa, du Bihar et du Chhattisgarh. La superficie totale du plateau de Chota Nagpur est approximativement de 65 000 km2 (25 000 mille2). Il est lui-même constitué de trois plateaux plus petits : le Ranchi, le Hazaribagh et le Kodarma. Le plateau de Ranchi est le plus étendu des trois, avec une altitude moyenne de 700 m. Il est principalement recouvert par les forêts d'arbres à feuilles caduques sèches. Ce plateau est célèbre pour ses importantes réserves de minerais et de charbon.

À côté de la grande péninsule indienne, la péninsule de Kathiawar située dans le Gujarat est une autre péninsule importante du pays.

Côte orientale

La plaine côtière orientale est une longue étendue de terre située entre les Ghâts orientaux et le golfe du Bengale. Elle s'étire du Tamil Nadu au sud, jusqu'à l'ouest du Bengale au nord. Les deltas de plusieurs rivières indiennes occupent une majeure partie de ces plaines : le Mahanadi, le Godavari, le Kaveri et le Krishnâ forment le réseau hydrographique de la région. La région reçoit la mousson depuis le nord-est et le sud-ouest avec un taux annuel de précipitations qui oscille en moyenne entre 1 000 mm et 3 000 mm.

La largeur de ces plaines varient entre 100 et 130 km5. Elles sont divisées en sept régions : le delta du Mahanadi, les plaines méridionales Andhra Pradesh, les deltas du Krishnâ et du Godavari, la côte de Kanyakumari, la côte de Coromandel et le littoral sablonneux.

Côte occidentale

La plaine côtière occidentale est une étroite bande de terre coincée entre les Ghâts occidentaux et la mer d'Arabie. Elle commence au Gujarat au nord et s'étend sur les États de Maharashtra, Goa, Karnataka et Kerala. Les plaines sont étroites, et ont une largeur comprise entre 50 et 100 km.

De petites rivières et des étangs inondent la région. Les rivières, en provenance des Ghâts occidentaux, ont un fort courant et sont pour la plupart présentes toute l'année, ce qui provoque la formation d'estuaires plutôt que de deltas. Les cours d'eau les plus importants débouchent sur la mer : le Tapti, le Narmada, le Mandovi et le Zuari.

La côte est divisée en trois régions :

  • la côte septentrionale (Maharashtra et Goa) est connue sous le nom de côte de Konkan.
  • la région centrale (Karnataka), plus connue sous le nom de côte de Kanara
  • la côte méridionale de Kerala, nommée aussi la côte de Malabar

La côte de Malabar, qui forme une écorégion au climat humide, possède une végétation composée surtout de feuillus.

Îles

Une des nombreuses îles inhabitée de l'archipel des Lakshadweep
Par Lenish Namath CC-BY-SA-3.0
 

L'Inde possède deux archipels : les îles Laquedives et les îles Andaman-et-Nicobar. Ces deux archipels sont administrés par le gouvernement fédéral car ce sont des territoires fédéraux.

Les îles Laquedives sont situées dans la mer d'Arabie, l'île plus proche se trouve à 220 km au large du Kerala, la plus éloignée est à 440 km de la côte. Elles sont constituées de douze atolls coralliens, trois récifs coralliens et cinq bancs de sable. Dix de ces îles sont inhabitées.

Les archipels des îles Andaman-et-Nicobar sont dans le golfe du Bengale près des côtes de la Birmanie. Elles sont à 950 km de Calcutta et 193 km de Cap Negrais en Birmanie. Le territoire fédéral est constitué de deux groupes d'îles distincts, les îles Andaman et les îles Nicobar. Les îles Andaman sont au nombre de 204 et ont une longueur totale de 352 km. Les 32 îles Nicobar, situées au sud des Andamans, ont une aire totale de 1 841 km2. Le point culminant est le mont Thullier d'une hauteur de 642 m6. L'Indira Point, le lieu le plus austral de l'Inde, est dans les îles Nicobar, à 189 km au nord-ouest de l'île indonésienne de Sumatra.

L'Inde compte d'autres îles de taille respectable, parmi lesquelles Diu, une ancienne enclave portugaise, Majuli, la plus grande île asiatique d'eau douce, l'île Salcette, sur laquelle se trouve Bombay et est donc la plus peuplée d'Inde, Elephanta, dans le port de Bombay, et Sriharikota, une barre dans l'Andhra Pradesh.

 


Carte des régions montagneuses en Inde.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

Vue de l'Himalaya depuis la station spatiale internationale.
Par NASA [Public domain], via Wikimedia Commons
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Sommets Himalayens dans le Sikkim.
Par  AmarCC BY-SA 2.5

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le massif de Vindhya (centre de l'Inde).
Par  Nataraja  CC BY-SA 1.0
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le massif Aravalli dans le Rajasthan.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Cardamome
Par Marc Shandro (Flickr) [CC BY 2.0 )],
via Wikimedia Commons
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une vue satellite de la plaineindo-gangétique
Par NASA [Public domain], via Wikimedia Commons

 

 

 

 

 

 

Jaisalmer au Rajasthan est situé au cœur du Désert du Thar.
Source Serge Duchemin CC BY-SA 1.0

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Image satellite de la région du Deccan dans le sud de l'Inde
 [Public domain]
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Vue sur la côte ouest de l'Inde à Goa, près de la frontière avec Maharashtra
Par Dominik HundhammerCC BY-SA 3.0

Climat de l'Inde

Dates du début de la mousson estivale en Inde (couleurs). Vents dominants (flèches) durant les moussons estivales et hivernales
 

Le climat de l'Inde est très varié du fait la taille géographique du pays, de la topographie allant de zone maritime à la haute montagne. Il est par conséquent très difficile de généraliser, cependant on dénombre officiellement quatre saisons, l'hiver de janvier à février, l'été de mars à mai, la mousson ou saison des pluies de juin à septembre, et après la période post-mousson ou automne d'octobre à décembre.

La géographie et la géologie particulière de l'Inde ont une grande influence sur son climat, ceci est particulièrement vrai pour l'Himalaya au nord et pour le désert du Thar au nord-ouest. L'Himalaya forme un obstacle aux vents glaciaux qui déferlent dans le bas de l'Asie centrale. Ainsi, le climat hivernal de l'Inde du Nord reste très doux, tandis que les étés sont relativement chauds, ce qui fait que le nord du pays est considéré comme étant en zone tropicale bien que le pays s'étende au-delà du tropique du cancer, limite marquant habituellement la limite entre les zones tropicale et tempérées.

En se basant sur la classification de Köppen il est possible de distinguer sept grands sous-types de systèmes climatiques qui forment des biotopes de déserts à l'ouest, de la pelouse alpine, des toundras et des zones glaciaires au nord, des régions tropicales humides du nord est, du sud-ouest, des côtes et des îles. De nombreuses régions ont des microclimats marqués.

Comme dans la plupart des zones tropicales, les moussons et d'autres phénomènes météorologiques comme de grandes sécheresses, des inondations, des cyclones, sont sporadiques. Elles entraînent du fait de la grande concentration des populations des catastrophes humanitaires souvent importantes. En outre le réchauffement climatique semble affecter cette zone d'une façon très particulière, risquant de menacer la biodiversité d'une manière importante. Tous ces facteurs font que la climatologie et l'avenir du climat pour l'Inde, sont d'une importance majeure.

Environnement

Aires protégées d'Inde

L'Inde, située dans l'écozone indomalaise, abrite 7,7 % de toutes les espèces de mammifères, 12,6 % des espèces d'oiseaux, 6,2 % des reptiles, et 6,0 % des plantes à fleurs. Le pays gère, à la date de mai 2004, 156 700 km² de surface protégée, ce qui représente environ 4,95 % de sa superficie totale. Toutes les aires ne bénéficient pas du même statut, mais présentent dans leur ensemble, un intérêt pour la diversité mondial. Beaucoup d'écorégions, comme les forêts de Shola, présentent des taux extrêmement élevés d'endémisme, en fait 33 % des espèces végétales indiennes sont endémiques. Une directive nationale prévoit que 4 % du territoire doit être protégé au minimum au niveau de protection accordé à un sanctuaire.

Les types de biomes protégées vont de la forêt tropicale humide comme sur les îles Andaman ou des Ghâts occidentaux, des forêts de conifères tempérées de l'Himalaya au désert du Rajasthan comme le Parc national de Desert.

Types d'aires

En 2010, l'Inde compte 99 parc nationaux1. Ceux-ci recouvrent 39 047 km2, soit 1,19 % du territoire national1. Le premier créé fut le parc national Hailey en 1936, connu aujourd'hui sous le nom de parc national Jim Corbett. En plus de ceux-ci, 75 autres parcs sont prévus au réseau indien, ce qui ajoutera 16 608 km2 au réseau actuel1.

L'UNEP-WCMC dénombre en 2008 pour l'Inde, trois réserve de biosphère, trois réserves aviaires, une Closed area interdite, deux aires pour lesquelles aucun genre n'est attribué, une Reserved forest, 34 réserves de chasses, trois parcs marins, 169 parcs nationaux proposés ou déjà reconnus, 777 sanctuaires proposés ou déjà reconnus et 5 autres aires diverses.

L'Inde compte également 514 sanctuaires fauniques. Ceux-ci couvre 118 150 km2, soit 3,59 % du pays. Le pays prévoit rajouter 219 nouveaux sanctuaires, ce qui ajoutera 16 669 km22.

On compte aussi 28 Tiger Reserves du projet Project Tiger mis en place par le gouvernement ou les Bird Sanctuary. Beaucoup de parcs nationaux avaient ce statut avant de devenir parc national, ainsi par exemple, le Keoladeo National Park était Birds sanctuary. Ces zones protégées sont reconnues de catégorie IV par la CMAP.

Les réserves de biosphère, souvent accouplées à un parc ou à un sanctuaire, sont des zones de catégorie V selon la CMAP, elles permettent la coexistence avec une certaine activité économique.

Les Reserved forests et Protected Forests (respectivement Categorie IV or VI de la CMAP) sont des terres boisées où l'exploitation forestière, la chasse, le pâturage et d'autres activités sont admises dans le cadre du Développement durable aux membres de certaines communautés. Dans les Reserved Forest, l'autorisation pour ces activités doit être explicitement demandée. Dans les forêts protégées, ces activités sont admises, à moins d'être explicitement interdites. Ainsi, en général, les Reserved Forest bénéficient d'un degré plus élevé de protection que les Protected Forest.

Les Conservation Reserve et Community Reserve (respectivement de Categorie V et VI de la CMAP) sont des aires protégées adjacentes à des aires existantes, qui garde une valeur écologique et peuvent servir de couloirs de migration, ou de zone tampon. Les Conservation Reserve sont créés sur des terrains de l'État ou des communautés peuvent subsister alors que les Community Reserve sont créés sur des aires qui appartiennent soit à l'État soit à des privés. Les possesseurs de terrains sur ces dernières sont les seuls à pouvoir obtenir une aide de l'État dans le cadre de la protection de ces terrains.

Les Village Forest et Panchayat Forest (Categorie VI de la CMAP) sont des zones forestières gérées par des villages ou des Panchayats dans le cadre du développement durable et ou l'habitat, la flore et la faune et ou la communauté se voie accorder un certain degré mission de protection.

Il existe également des aires protégées privées qui sont détenues par des individus, des organisations non gouvernementaux ou des organismes communautaires. Même si la législation indienne ne prévoit pas d'aide à la protection pour ces zones, certaines ONG en utilisant les lois foncières fournissent des moyens limités de protection.

Enfin les Conservation areas zones des zones bien délimitées détenues par des privés ou par l'État, ou des mesures conservatoires du paysage sont en cours.

 

Les sites Ramsars en Inde

 
Nom Superficie (km²)
Ashtamudi Wetland, Kerala (19/08/02) 614
Bhitarkanika Mangroves, Orissa (19/08/02) 650
Bhoj Wetland, Madhya Pradesh (19/08/02) 32
Chandertal Wetland, Himachal Pradesh (08/11/05) .49
Chilika Lake, Orissa (01/10/81) 1165
Deepor Beel, Assam (19/08/02) 40
East Calcutta Wetlands, West Bengal (19/08/02) 125
Harike Lake, Punjab (23/03/90) 41
Hokera Wetland, Jammu and Kashmir (08/11/05) 13.75
Kanjli, Punjab (22/01/02) 1.83
Keoladeo National Park, Rajasthan (01/10/81) 28.73
Kolleru Lake, Andhra Pradesh (19/08/02) 901
Loktak Lake, Manipur (23/03/90) 266
Point Calimere Wildlife and Bird Sanctuary, Tamil Nadu (19/08/02) 385
Pong Dam Lake, Himachal Pradesh (19/08/02) 156.62
Renuka Wetland, Himachal Pradesh (08/11/05) .2
Ropar, Punjab (22/01/02) 13.65
Rudrasagar Lake, Tripura (08/11/05) 2.4
Sambhar Lake, Rajasthan (23/03/90) 240
Sasthamkotta Lake, Kerala (19/08/02) 3.73
Surinsar-Mansar Lakes, Jammu and Kashmir (08/11/05) 3.5
Tsomoriri, Jammu and Kashmir (19/08/02) 120
Upper Ganga River (Brijghat to Narora Stretch), Uttar Pradesh (08/11/05) 265.9
Vembanad-Kol Wetland, Kerala (19/08/02) 1512.5
Wular Lake, Jammu and Kashmir (23/03/90) 189

 

Faune et flore

  Le tigre du Bengale est le symbole animal national de l'Inde.
Par Bernard Landgraf (Travail personnel) (CC-BY-SA-3.0 , via Wikimedia Commons
 

Située dans l'écozone indomalaise, l'Inde abrite une grande biodiversité : 7,6 % des mammifères, 12,6 % des oiseaux, 6,2 % des reptiles, et des 6,0 % des plantes à fleurs vivant sur la Terre s'y trouvent.[réf. nécessaire] Elle possède beaucoup d'écorégions, comme les forêts de Shola, qui présentent des taux extrêmement élevés d'endémisme : au total, 33 % des espèces de plantes indiennes sont des espèces endémiques. La couverture de la forêt indienne s'étend de la forêt tropicale des îles Andaman, des Ghats occidentaux, et de l'Inde du nord-est jusqu'aux forêts de conifères tempérées de l'Himalaya. Entre ces extrémités se situent la forêt tropicale humide de l'Inde orientale, dominée par le sal ; la forêt tropophile de l'Inde centrale et méridionale, dominée par le teck ; ainsi que la forêt épineuse du Deccan central et de la plaine du Gange occidentale, dominée par l'acacia mimosa. On compte parmi les arbres importants le neem aux propriétés médicinales, largement utilisé pour des remèdes en phytothérapie rurale. Le figuier des pagodes, visible sur les sceaux de Mohenjo-daro, a ombragé le Gautama Bouddha pendant qu'il atteignait le Nirvana.

Beaucoup d'espèces indiennes descendent directement des taxons provenant du supercontinent Gondwana, duquel l'Inde est originaire. Le supercontinent Laurasia a permis un large échange d'espèces lors de son mouvement en direction de la plaque indienne, et de leur collision. Cependant, le volcanisme et les changements climatiques survenus il y a 20 millions d'années ont causé à l'extinction de beaucoup de formes endémiques en Inde. Peu après, les mammifères entrèrent en Inde depuis l'Asie au cours de deux passages zoogéographiques de chaque côté de l'Himalaya naissant. En conséquence de cela, on compte parmi les espèces indiennes seulement 12,6 % de mammifères et 4,5 % d'oiseaux qui sont des espèces endémiques, contrastant avec les 45,8 % de reptiles et 55,8 % d'amphibiens. Les endémiques notables sont le singe semnopithèque du Nilgiri et le crapaud brun ou carmin de l'espèce bufo beddomii des Ghats occidentaux. L'Inde contient 172 soit 2,9 % d'espèces menacées selon l'UICN, parmi lesquelles on retrouve le lion asiatique, le tigre du Bengale, et le vautour chaugoun indien, qui fut très proche de l'extinction à cause d'ingestion de charognes de bétail traités au diclofénac.                                                                                        

Depuis les dernières décennies, la faune de l'Inde a été sérieusement menacée par la forte augmentation démographique humaine. Pour contrer cela, le gouvernement a considérablement étendu sa liste des secteurs protégés et des parcs nationaux (liste initialement établie en 1935). En 1972, l'Inde a mis en place un plan de sauvegarde de la faune, et un projet spécialement consacré à la préservation du tigre et de son habitat naturel. Ce plan de sauvegarde fut étendu par d'autres protections fédérales promulguées dans les années 1980. En plus des 500 zones de sauvegarde de la faune, l'Inde accueille maintenant 14 réserves de biosphère, dont 4 font partie du réseau mondial des réserves de biosphère. 25 zones humides sont protégées par la convention de Ramsar.